Fuite des savoir-faire et cerveau !

Cruelle réalité pour les gestionnaires et coûts supplémentaires pour les entreprises, la fuite des savoir-faire appartient à notre belle époque ! Hyper-concentrés sur la productivité, nous ne le sommes sans doute pas assez sur les savoir-faire et les talents de nos employés. Or, un employé qui ignore être apprécié à sa juste valeur est un atome libre susceptible d’être attiré par un autre employeur ! Et ces trésors se trouvent à tous les niveaux de la hiérarchie. Comment les identifier, les valoriser et surtout les garder ?

Ce que nous appelons communément les savoir-faire désignent en fait une heureuse combinaison entre connaissances pertinentes, compétences et comportement, sens de la culture d’entreprise et performance, personnalité et potentiel. En d’autres termes, il s’agit d’un bel équilibre entre logique, volonté, plan de carrière  (hémisphère gauche du cerveau) et émotionnel, comportement adéquat, bien-être au travail (hémisphère droit du cerveau). L’organisation a accordé du temps et de l’argent pour recruter et former ce poulain. Comment peut-elle le garder pour obtenir un juste retour sur investissement ?

Le gestionnaire peut utiliser à son tour les deux hémisphères de son cerveau pour identifier un employé remarquable. Nous gagnons à proposer quelques défis à un employé qui fait bien son travail. Pourquoi ? Parce qu’il a probablement du potentiel pour rendre de meilleurs services à l’organisation (hémisphère gauche).  Nous gagnons également à lui faire sentir qu’il est apprécié pour le fidéliser (hémisphère droit). Or, très curieusement, ces aspects sont souvent ignorés en gestion. Dommage ! Il suffit de s’intéresser à lui en entretenant de bonnes relations interpersonnelles pour qu’il se révèle. Et cela commence tout simplement par des bonjours respectueux et sincèrement chaleureux qui procurent un irrésistible bien-être (hémisphère droit).

La suite logique (hémisphère gauche) serait de le valoriser et de lui confier des projets, des mandats  intéressants pour lui et pour l’organisation. Une rémunération à sa juste valeur est alors tout aussi logique. Nous pouvons l’aider à progresser, redoubler d’attention en lui donnant du feed-back, des indications sur les directions à choisir. Il nous revient de marquer chaque réussite. Le collaborateur talentueux se sent ainsi pris en considération par une collaboration unique et privilégiée (hémisphère droit). Et l’organisation sera reconnaissante au gestionnaire de lui épargner de nouvelles pertes de temps et d’argent pour trouver l’employé idéal et le former.

Maintenant, notre poulain aura à coup sûr des aspirations qu’il va falloir mettre en lien avec la vision de l’organisation. C’est le moment du lui offrir un plan de carrière intéressant (hémisphère gauche) et la haute direction vous y aidera à coup sûr. Mais il faut savoir que ce qui renforcera son envie de rester, c’est un équilibre entre carrière professionnelle cohérente (hémisphère gauche) et plaisir à travailler dans un environnement matériel et humain sympathique (hémisphère droit).

Je vous recommande un petit exercice discret : demandez à vos amis pourquoi ils semblent aimer travailler dans leur organisation. Vous récolterez des réponses précieuses et inspirantes pour garder vos meilleurs collaborateurs. Votre organisation vous valorisera à votre tour, car vous aurez ainsi contribué à sa croissance et à sa pérennité. Tout le monde est gagnant !

 

 

Vidéos et textes de notre blogue
LeadershipCommunication