Pour une gestion réussie !

Lorsque nous maîtrisons une matière, un domaine, nous avons tendance à penser que l’équipe va suivre naturellement. Voilà une fâcheuse tendance qui crée bien des désillusions. Pourquoi ? Parce que l’être humain n’est pas une machine. Il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton pour obtenir le résultat. L’être humain ne se résume pas à un répertoire de techniques que nous pouvons activer sur demande.

« Ils n’ont qu’à faire ce que je leur demande » me disait un client, persuadé d’être un bon gestionnaire « qu’on obéit au doigt et à l’oeil » ! Ce type de gestion fondé sur les ordres, le contrôle excessif, les menaces, les sanctions n’a hélas pas encore disparu. Devant la nécessité d’obtenir des résultats rapides, bon nombre de gestionnaires vont privilégier « la voix directe pour ne pas perdre de temps ». Ils ont l’impression « d’être plus efficaces en n’y allant pas par quatre chemins ». De plus en plus d’études démontrent qu’au contraire, ce type de gestion se révèle néfaste pour la productivité et pour l’économie de l’organisation.

D’autres clients gestionnaires en revanche se font très doux, trop doux, supplient leurs employés de faire leur travail, leur donnent trop de récompenses pour le strict minimum requis. Ils cherchent trop à se faire aimer et doivent souvent faire face à des abus de confiance. Il semble dans la nature de l’être humain de considérer un avantage comme un acquis et d’en rechercher toujours plus. Ce type de gestion est tout aussi inefficace et donne très peu de résultats.

« Trop c’est comme pas assez » dit le proverbe. Il nous faut trouver un équilibre. Pour y parvenir, essayons de comprendre comment l’être humain fonctionne. Nous aimons tous utiliser nos compétences de façon autonome dans un cadre donné et être reconnu pour cela par nos pairs. Ce sont là les besoins de base de tout être humain prenant part à une activité de groupe. Dans ces conditions tout être humain se sent bien, travaille mieux et produit plus. Le gestionnaire a donc tout intérêt à satisfaire ces besoins. Il parviendra ainsi plus facilement à obtenir les résultats escomptés tout en se faisant respecter et apprécier de ses employés. Le bien-être au travail et la satisfaction sont aujourd’hui reconnus comme facteurs d’amélioration de la productivité.

Nous avons tous vu dans notre vie un tel gestionnaire à l’oeuvre, capable de valoriser, de motiver, de trouver le juste équilibre entre exigence et reconnaissance. Quelles sont alors les compétences à développer pour y parvenir ? Tout d’abord, nous devons bien communiquer, exprimer clairement les objectifs, la mission, les tâches. Donner de l’impact à nos messages renforce notre crédibilité et nous gagnons l’adhésion des autres. Réussir nos relations interpersonnelles permet d’améliorer et de faciliter le travail d’équipe. Bien mener, guider, diriger donne envie aux employés de prendre des engagements inespérés des gestionnaires et même de modifier leurs comportements face aux changements.

Ces compétences transversales se développent et sont garantes d’une gestion réussie. Appelez-nous, nous pouvons vous y aider !

 

Vidéos et textes de notre blogue
LeadershipCommunication