Aider les employés en difficulté

« Je ne suis pas sa mère » Voici une expression que j’ai déjà entendue à plusieurs reprises de la part d’un adulte au sujet d’un autre adulte. C’est bien un privilège réservé aux enfants que de se faire chouchouter par leur mère. Les adultes n’ont qu’à se débrouiller avec leurs propres problèmes. Surtout si nous sommes employeur et qu’il s’agit d’un employé. « Pas question de les materner, j’ai d’autres chats à fouetter » m’a dit un jour un chef d’entreprise. C’est vrai, nous avons tous beaucoup de chats à fouetter.

À trop s’immiscer dans la vie de ses employés, une cliente me racontait à quel point elle était submergée tous les matins par les petits bobos de chacun de ses employés. Cette situation pénible a été très longue à rectifier. Les employés se sont finalement peu à peu habitués à laisser leurs problèmes personnels chez eux pour se mettre dans de bonnes dispositions pour travailler. Garder une petite distance sympathique semble être la meilleure attitude à adopter.

Il arrive cependant des situations où refuser de venir en aide à un employé ou un collègue en difficulté peut s’avérer nuisible à toute l’équipe. En effet, lorsqu’un membre d’une équipe va mal, c’est le travail de toute l’équipe qui en souffre. La personne ne tardera pas à être jugée coupable de cette situation. Les relations et les résultats risquent de se dégrader. En tant que chef d’équipe ou employeur nous pouvons cependant facilement éviter cette descente en enfer. Il ne s’agit ni de materner, ni de jouer les psychologues. Il s’agit simplement de prendre quelques minutes autour d’une tasse de café pour écouter, comprendre, partager, peut-être donner une piste. Nous permettons ainsi à l’autre de se sentir moins seul dans l’épreuve et de retrouver des conditions psychologiques favorables à un bon travail. Tout le monde en ressort gagnant personnellement et professionnellement.

Nous sommes tous capables de faire cela. Nous aimons tous nous sentir compris lorsque nous éprouvons des difficultés. En tant qu’être humain, nous avons le devoir moral de venir en aide à un adulte en difficulté, quel que soit le contexte. Nous n’avons rien à perdre, tout à gagner, ne serait-ce que la consolidation d’une relation personnelle ou professionnelle ou encore d’avoir allégé la peine de quelqu’un. Pourquoi refuser ?!

 

Vidéos et textes de notre blogue
LeadershipCommunication